lundi 27 août 2012

155 Mon fantasme de fessée publique 1

J'ai un faible pour le jupes crayon. Au grand plaisir de mon homme qui n'est jamais avare pour m'en offrir une de plus. Il en va de soi que je pourrais mes les acheter moi-même, mais je trouve personnellement que savoir accepter un cadeau de son homme contribue fortement à la réussite d'un couple. Notamment quand ce cadeau lui donne des idées... d'homme.
Quoiqu'il en soit, ces fameuses jupes m'évoquent le charme d'une féminité d'antan qui a fait ses preuves. J’en porte souvent avec des sous-vêtements appropries. Cela va à la merveille avec des hauts talons et des bas-couture. De préférence ceux qui plissent et grésillent. Sans être fétichiste à ce niveau !
Ces jupes sont tellement moulantes que les jarretelles se dessinent parfois au travers du tissu en ajoutant une petite note d’exotisme involontaire. Surtout quand je me penche. Comme disent mes copines:
Tu portes des bas au quotidien, isabelle ?
Hein oui ! C’est ma philosophie de « femme paquet cadeau ». Celle qui cache plus que ce qu’elle ne montre. Qui séduit par ses sous-entendus et par sa discrétion quasi pudique.
Voila pour situer la tenue qui intervient dans mon fantasme.
Alors dans mon petit tailleur avec jupe crayon et mes escarpins parfaitement cirés j'imagine de participer à un séminaire (...scientifique !). Je passe sur le sujet qui est sans importance, mais c'est moi qui est sensée de le présenter. Je me sens à l'aise et je me lance devant une salle comble. Très étonnée que tout le monde semble me regarder de manière particulière. Connaissant mes capacités qui se résument essentiellement à la documentation, je ne vois pas une innovation personnelle dans mes réflexions qui mérite tant d'attention.
Seulement...il ne me vient pas l’idée que j’ai oublié de mettre ma jupe, tellement je suis passionnée par le sujet que j’expose.
Puis, par le plus grand des hasards Monsieur passe. L’expression de son visage est bien claire :
Tu as encore fait une bêtise, isabelle. Ca commence à faire beaucoup pour cette semaine. Tu as besoin de ta médecine. Ici et maintenant.
Il met un terme abrupt à ce séminaire en m’appliquant une fessée claquante devant l’auditoire. Pour bien faire, il est indispensable qu’il baisse ma culotte. Pour cet oublie qui est de taille : la jupe de mon tailleur. Décidément je suis trop tête en l’air.
Mais oui, premier constat, mon homme intervient aussi dans certains de mes fantasmes. Si ce n'est pas l'amour....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire