mercredi 20 décembre 2017

1072 En rouge et noir (Petite fiction ou non)

Voila qui sent bon le cuir !

C'est la première impression qui s'impose à moi en découvrant un magnifique corset noir dans mon paquet cadeau. Puis en glissant mes mains sur la matière, je suis enchantée par sa douceur. La coupe me semble parfaite. De quoi à remonter mes seins pour un décolleté audacieux et captivant le regard de mon homme. Sans oublier une longueur bien étudiée qui garantira un effet « fesses volumineuses » et jouera un rôle déterminant pour activer les instincts basiques d'un mâle susceptibles au charme de formes féminines.
Pour ma part j'adore l'agréable contrainte qu'exerce un tel vêtement joliment lacé sous un tailleur de plus stricts. Monsieur a soigné les détails. Rien ne manque, même pas le string assorti.

Pourtant, homme de principes, il trouve habituellement les strings l'expression d'une dépravation inadmissible des mœurs.

Notamment quand le string est porté avec un jeans et dépasse en se penchant en avant . Selon lui, cela fait mauvais genre, indigne d'une dame. S'il passe sur le fait à la maison, épreuve de tolérance qui lui coûte, il n'en est pas de même dans un contexte public. L'équation est simple :

String dévoilé, même par mégarde égal fessée claquante !

Il sais se montrer vieux jeux avec moi d'une manière particulièrement touchante qui aiguise tout naturellement mon besoin de punition. Porter un « simple » string devient ainsi une aventure au quotidien. Si ce n'est pas l'effluve d'un interdit qui se propage, il me reste toutefois l'impression de me comporter un vilaine fille, en provocant une autorité plus ou moins imaginaire. Monsieur est chargé de mettre à jour mes audaces déplacées et de les punir à leur juste valeur. Subtil jeu qui reste entre nous, tenant Monsieur en haleine et qui tourne autour de l'importante question si ce que je porte sous mes jupes et robes est convenable pour une dame bien éduquée. C'est ainsi que j'ai écopé de copieuses fessées pour « manque de respect ». J'avais osé porter par exemple un string, bien que invisible sous ma jupe droite, devant ma belle mère qui comme son fils trouve de tels vêtements hautement indécents. Sans parler de mes sanctions pour « obscénité publique » qui concernent mon faible pour les bijoux intimes, enfoncés au fond de moi pour ajouter du piment à une soirée avec des connaissances de mon homme et s’annonçant de plus barbant. Ou encore pour tromperie avérée, due à un collant ouvert, censé de remplacer ni vu, ni connu, mes éternels porte-jarretelles.

Ce qui est fabuleux dans ces situations, c'est que je ressens un réelle mauvaise conscience qui se moque de ma rationalité de femme moderne.

Je me sens sous l'emprise d'un vice harcelant qui transforme une isabelle habituelle si sage en créature provocante qui cherche les stimulations dans sa petite culotte. Cette partie de ma sexualité exerce d'un côté une énorme fascination sur moi. De l'autre, elle me donne envie de travailler dur pour éradiquer « ces mauvais comportements ». Car malgré que je n'en fasse souvent qu'à ma tête, j'adore marcher à la baguette.

Je trouve que c'est fort reposant pour l'esprit de se soumettre à une discipline imposée.

Le corset donne par ses effets physiques dus à son port l'impression d'une discipline imposée en permanence. Certains mouvements deviennent plus compliqués, intensifient ou provoquent des sensation qui ne se remarquent pas avec des habits ordinaires. Cette nouvelle approche sensorielle au quotidien me plaît beaucoup. C'est une expérience existentialiste par une permanente prise de conscience de mon corps. Il y a d'un côté une sexualisation indéniable de ma façon d'être et de l'autre un effet sur mon entourage. Cette touche sexy, provocante et sage à la fois me donne un charme particulier, source de maints compliments, nourrissant ainsi copieusement mon narcissisme. Sans parler du fait qu'elle favorise le « comportement érectile » de mon chéri. Ce qui s'apparente à jouer avec le feu. En fait, outre mes petits jeux coquins en toute discrétion sous mes habits, Monsieur aime ajouter sa touche personnelle. Pour lui...

...un corset noir se porte avec un fessier de plus rouge !

A suivre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire